Archive | Université RSS feed for this section

Miss Université, Miss СГУТиКД ou la victoire d’Edith Piaf

28 juin

Après avoir élu Le Chat de Mars c’est-à-dire le Mister Université, c’est au tour des filles.

Le principe est exactement le même mais j’avoue en un peu plus sérieux. Le sérieux n’est pas dans la forme qui est exactement la même mais les prestations individuelles des miss tombent pas du tout dans le comique que les mecs mettaient très en avant ! Une autre différence c’est qu’il y a beaucoup plus de sponsors donc des textes de publicité déclamés par les présentateurs toutes les dix minutes. Il s’agit cette fois-ci d’un duo, un homme et une fille, qui présentent en habits de militaires.

Il se trouve que nous sommes le 4 mai, soit 5 jours avant le 9 mai, le jour de la victoire de la 2nd guerre mondiale. Ici on célèbre le 9 mai et non pas le 8 mai apparemment pour une histoire de décalage horaire, le texte ayant été signé peu avant minuit à Berlin soit vers deux heures du matin à l’heure moscovite. Ici les célébrations commencent bien avant le 9 mai et a vraiment une grande importance en Russie. Tout le monde porte le ruban noir et orange appelé le ruban de St-Georges qui symbolise la mémoire de cette guerre et qui est véritable symbole patriotique.  Il faut dire que l’URSS a perdu pendant la guerre près de 20 millions de personnes soit près de 12% de la population. Et il est vrai qu’en règle générale les russes sont bien plus patriotiques que nous peut-être à la manière des américains et nous n’avons pas du tout la même relation au drapeau, à la patrie et à l’armée sans doute aussi en raison de notre histoire.

Les neuf miss présélectionnées défilent par tableau en différentes tenus prêtées par les sponsors. Des compagnies de danse font le show entre les tableaux. Comme chez les hommes, chacune montrent leurs talents. Dans le désordre : une danseuse moderne en tenue de lapin (oui bizarre), une danseuse très classe sur Michael Jackson, une qui a présentée ses créations de robes à base de cartes de jeux, une danseuse de danses de Caucase, des danseuses classiques, hip-hop, une pièce de théâtre, et une chanteuse (qui pour une fois chantait en direct) qui nous a chanté Non, je ne regrette rien d’Edith Piaf en français dans le texte et qui a d’ailleurs remporté la compétition ! Pour finir, il y avait bien sur le final en robes de mariées.

Un russe répond TOUJOURS, en toutes circonstances ou le téléphone en Russie

24 avr

En arrivant en Russie on peut acheter très facilement une carte sim russe entre 500 et 1000 roubles. Il faut faire attention à avoir débloqué son portable avant de partir auprès de son opérateur. Les trois opérateurs principaux sont MTC (MTS) (à ne pas confondre avec le sigle français MST, ça m’est déjà arrivé…), Билайн (Beeline comme l’abeille d’où les rayures jaunes et noires) et Мегафон (Mégafon). A Sochi, il y a beaucoup de publicité pour Mégafon car c’est le sponsor officiel des Jeux Olympiques 2014.

MTC

Билайн

Мегафон

(Pour explication, Выходи за меня / Béradi za minia, ça signifie "veux-tu m’épouser ?")

Pour avoir du crédit rien de plus simple, il y a des bornes de rechargement avec un écran tactile partout dans les rues. On paye en liquide. Les communications ne sont pas chères du tout (ça se compte en kopek la minute, ce n’est même pas traduisible en euro) si on appelle un autre portable de la région (qui couvre un énorme territoire). L’indicatif de Sochi par exemple c’est le +7918 . Mais pour Moscou ce sera plus cher et à l’étranger c’est comme partout, vous payez la moitié de la conversation même quand on vous appelle. En revanche le sms vers l’étranger ne coûte qu’aux alentours de 30 centimes d’euros.

En ce qui concerne le problème du changement d’alphabet, les russes comprennent quand on écrit en alphabet latin les sms mais ce n’est pas très simple. Moi j’ai gardé mon téléphone mais on peut acheter des téléphones sur place avec l’alphabet russe en mémoire dans le téléphone mais surtout avec les lettres sur le clavier même si avec les nouveaux smartphones à clavier tactile, la question ne se pose pas. En parlant de smartphones, ici ce n’est pas Apple qui a le plus gros du marché (trop cher sans doute) mais plutôt LG, Nokia et Samsung et ils sont quasiment tous sous Android et super hightech. Les russes sont très bien équipés voire plus que nous. Par contre contrairement aux idées reçues la Russie ce n’est pas vraiment beaucoup moins cher qu’en France. Sans doute que les portables sont un tout petit peu moins chers qu’en France mais il n’existe pas de contrats d’abonnement (on peut payer par mois mais ce n’est pas comme en France) avec des portables à 1€, ce genre d’offres commerciales.

Ils sont d’ailleurs toujours avec leur portable on se demande si ils ne dorment pas avec. Il faut savoir qu’un russe, en tout cas ici, répond TOUJOURS au téléphone (sauf peut-être quand il dort, prend sa douche et va aux toilettes et encore… j’en doute). Je n’ai toujours pas trouvé mon répondeur sur mon téléphone et je ne suis jamais tombé sur un répondeur russe. Pour l’anecdote, j’avais mis en silencieux mon portable pour ne pas qu’il sonne en cours (chose inutile en fait) et j’avais oublié de le remettre en normal, le bureau international m’a appelé pour avoir un papier important. Ils m’ont appelé quatre fois en une heure et m’ont demandé quand j’ai rappelé qu’est ce qui m’était arrivé pour que je ne réponde pas au téléphone. Il était inimaginable de mettre son portable en silencieux (je me demande même s’ils connaissent la fonction ou si elle existe).

En classe, les portables ne sont pas éteints, les professeurs répondent en cours sans aucun problème voire partent de la salle de classe et les étudiants peuvent également faire la même chose et ça arrive à chaque cours. Ça m’est arrivé qu’un prof reste dix minutes au téléphone à son bureau en plein milieu de son cours alors que ça ne semblait pas forcément très important. Bref, il ne faut pas être surpris si en plein milieu d’une conversation votre interlocuteur répond au téléphone. Je crois que vous n’entendrez jamais « je rappellerai plus tard ».

Les Пара et les Зачёт ou le casse-tête des examens et des horaires des cours

23 avr

Ce sont vraiment les deux choses qui changent avec la France et c’est un casse-tête pas possible qui engendre des incompréhensions d’anthologie.

Le système des examens est différent du système français. Pour chaque cours il y a le choix entre deux systèmes de notations : les экзамен (examens) ou les зачёт (zachiot, oui je sais c’est drôle comme prononciation, mais rien à voir…).

Pour les examens, c’est comme chez nous, il y a un examen sur table ou un oral à la fin de l’année en revanche le travail à la maison peut permettre d’augmenter sa note à l’examen au bon vouloir du professeur. C’est à mon avis une des raisons pour laquelle les étudiants sèchent souvent, il suffit qu’ils aient l’examen. Les notes vont de 0 à 5, 5 étant la meilleure (отлично), pour avoir la moyenne il faut avoir 3.

En revanche, pour les zachiots c’est une autre paire de manche. Il n’y a pas de note, la matière est validée ou n’est pas validée (зачёт или незачёт). Les devoirs à la maison, tout ce qui est fait en cours est pris en compte comme dans un contrôle continu. Mais pour valider les zachiots,  il y a aussi une sorte d’examen à la fin, en général une discussion comme un petit oral avec le professeur. Et là tout est le problème, j’ai mis des heures pour savoir si il y avait un examen pour les zachiots à la fin de l’année en plus du contrôle continu. Si vous posez la question « il y a un examen pour les zachiots ? » à un étudiant russe, c’est incompréhensible pour lui, comme un examen c’est autre chose et je n’ai pas trouvé le mot pour dire « oral avec un professeur à la fin de l’année », le mot pour dire examen en général comme on l’entend en français.

Pour compliquer le tout, il y a un système différent pour les horaires de cours. Ils ne fonctionnent pas en heures comme chez nous mais en пара (para, sans le béret rouge). A la question quand est le cours d’anglais on te répond au troisième para c’est-à-dire entre 11H20 et 12H50. Mais il faut le savoir que ça correspond à ces heures là. En fait il faudrait que j’apprenne par cœur le tableau suivant.

En fait un para correspond à 1H30 de cours, il y a dix minutes de pause entre chaque cours et vingt minutes de pause le midi (ça fait pas beaucoup c’est vrai). Pour donner un exemple, vendredi dernier j’avais deux cours en plus l’après-midi. Je l’ai appris le jeudi et pour qu’on m’explique à quelle heure j’avais cours le lendemain, c’était un vrai sketch :

« – On a un cours de marketing en plus demain.

-  A bon ? On a aussi en plus le cours de Relations Publiques à rattraper, ils sont à quelles heures ?

- Au quatrième et cinquième para.

- Euh ça veut dire quoi ?

- (elle parle plus lentement) Au quatrième et cinquième para.

- Je comprends ce que ça veut dire en russe mais je ne comprends pas le système de para.

- Ah d’accord, euh [ils doivent réfléchir à quelle heure ça correspond] 1H et 3H. »

(En vrai c’était bien plus compliqué que ça.)

Résultat, je me suis retrouvée hier avec les cinq premiers paras au lieu des trois premiers. Ce qui fait sept heures et demi de cours d’une traite jusqu’à 16H20.

Mais c’est un système qui parait simple mais qui n’est pas si facile à assimiler. Surtout que par exemple j’ai anglais le mardi au troisième et quatrième para, pour nous ça correspond à un seul cours mais pour eux ça en fait deux, deux para. Heureusement il existe un autre mot pour dire cours en général, занятие (zaniatié). En revanche le mot курс (cours) ne veut pas dire « cours » mais correspond à l’année d’étude. Si je suis на первом курсе, en premier cours, ça veut dire que je suis en première année à l’université.

De la simplicité et de la limpidité des russes.

Les cours à l’université en Russie ou comment passer ses journées à étudier sans être corrigée

23 avr

C’est déjà la moitié de mon semestre à Sochi et  je suis assez contente car maintenant je comprends plutôt bien le russe quand on me parle et j’arrive à parler, ce n’est pas exceptionnel mais je peux tenir et comprendre une conversation.

Sinon je travaille aussi beaucoup pour l’université, ça doit me faire pas mal progresser mais c’est vrai qu’après cinq heures de cours en russe non stop parfois je suis un peu lessivée. J’ai pas mal de travail à la maison mais ce qui doit prendre une petite heure pour un russe me prend au moins le double si ce n’est pas le triple voire encore plus pour les présentations Powerpoint  ou les dossiers (реферат/référat) mais comme ça j’écris aussi beaucoup en russe pour des relations publiques ou du marketing. Là en ce moment on doit faire un dossier de presse en entier ce qui prend déjà pas mal de temps en français, j’ai l’impression d’y passer ma vie en ce moment.

Les cours sont vraiment bien et très complets. Ce n’est pas si différent qu’en France et les professeurs sont très compétents. En revanche il y a pas mal de différences notables. Premièrement, les étudiants doivent passer un concours pour entrer à l’université de leur choix après leur bac. De fait, les classes sont restreintes. Il n’y a que 25 à 40 étudiants pas classe. Pour les cours magistraux, les classes peuvent être mélangées mais comme il n’y a que deux ou trois classes par niveau et même spécialité, il ne peut y avoir plus que cent étudiants dans un amphi (il n’en existe que un d’ailleurs, le reste ce sont des classes).

J’ai remarqué aussi qu’il y avait beaucoup d’absentéisme et pas seulement le vendredi matin comme en France. Ça reste un mystère non élucidé. C’est un peu pareil pour le travail à faire à la maison. Il est arrivé que nous soyons que deux à avoir fait le travail dans une classe. Mais en revanche à la faculté de sports ce n’est pas du tout le cas, ils font leur travail, ils sont présents. Une piste qui est fort probable c’est que beaucoup d’entre eux travaillent à côté pour avoir de l’argent et aussi pour avoir des pistes pour trouver un travail après. Il existe des stages aussi  pendant le cursus universitaire mais ils vont de deux semaines à deux mois,  jamais au-delà et ils ne sont pas rémunérés.

Une chose très agaçante pour un français c’est que les professeurs ne corrigent pas les travaux faits à la maison. Ils signent simplement sur votre dossier, notent que vous l’avez fait, mettent une note suivant ce qu’ils ont vu, mais ne vont pas corriger les fautes ou les erreurs et vous le rendre après.  Ce qui m’aurait arrangé pour mes fautes de grammaire et de syntaxe en russe.

Vous pouvez avoir un aperçu du système universitaire russe avec l’article du Ministère des Affaires Etrangères qui a fait un état des lieux en 2007.

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/enseignement-superieur_1043/les-actions-cooperation-dans-enseignement-superieur_20020/assurer-une-veille-sur-les-systemes-enseignement-superieur-recherche-dans-monde-base-curie_20025/europe_4961/russie_14903.html

Une Frenchie à Sochi – The Movie en VOST Français

15 avr

Мартовский кот (le chat de Mars) ou comment assister à un concours de beauté pour hommes

15 avr

Petit retour en arrière, j’écris cet article très en retard car j’ai mis pas mal de temps à savoir qu’est ce que c’était ce « chat de mars », ce Martovskï Kot.

Rendez vous mercredi il y a deux semaines à Makarienka, à la fac de sports. Les couloirs sont bondés de gens, des ballons verts et jaunes partout. Le concours de beauté commence à 18H. Ouverture des portes tout le monde se rut pour avoir des places et les réserver. L’auditorium n’est pas immensément grand, il y a seulement une centaine de places. Une scène, mais les rideaux sont fermés. Des ballons verts et jaunes gonflés à l’hélium flottent dans la salle. Certains les prennent pour avoir une voix aigüe, bonne ambiance, c’est la fête.

J’essaye de savoir de quoi il s’agit on me dit que c’est la fin du mois de mars, c’est le printemps et c’est le moment de trouver un fiancé pour les femmes qui sont seules. Oui, bon d’accord… un fiancé… en même temps ici les gens se marient très tôt. Il n’est pas du tout rare de croiser des jeunes de 20-25 ans fiancés ou déjà mariés et qui n’ont pas finis leurs études. D’ailleurs on te demande si tu as un petit ami ou si tu es marié et si vous répondez l’air étonné  « bah non j’ai que 22 ans », ils ne vont pas comprendre pourquoi vous dîtes çà.

Il n’y a pas de places assises pour tout le monde dans la salle, la moitié est occupée par les membres de ce qui à l’air d’être le bureau des élèves et leurs amis, ceux qui organisent l’évènement ; l’autre moitié par les représentants de l’université (professeurs, administration) et puis par le jury.

Le show commence. Un mec très mignon d’une vingtaine présente tel un showman de jeu télévisé, il est vraiment très bon et il va tenir trois heures. Au fond une grande affiche des neuf photos des neuf mecs en lisse pour être Mister СГУТиКД (c’est le nom en abrégé de l’université de Sochi, à prononcer Sgoutikadé). Là on comprend que ce n’est pas quelque chose de super sérieux mais en revanche super bien fait. Le rideau s’ouvre, les neuf participants défilent au rythme de la musique suivant une chorégraphie qu’ils ont du apprendre, ils le feront plusieurs fois exhibant leurs numéros.

Pendant tout le show il y a des intermèdes. Une compagnie de danse, des jeunes, est complètement incroyable, elle mélange moderne et classique d’ailleurs tout le show est très très pro, ça pourrait totalement passer à la télévision sans problèmes, on a pas du tout l’impression que c’est organisé par des étudiants. La miss СГУТиКД chante une petite chanson, des groupes de musiques et… la publicité déclamée par le super présentateur, on se croirait à la foire expo. D’ailleurs tous les sponsors font partis du jury : le magasin de photos, la boutique de fringues qui prêtent les costards, celle qui prêtent les fringues hypes, la boutique de lunettes etc. Un bon moyen de se faire de la publicité et en retour d’avoir de l’argent et des beaux habits pour habiller les « mannequins ».

Parce ce qu’en dehors de défiler les neufs mecs montrent chacun leur talent. Par la suite on m’explique qu’ils ont été sélectionnés pour ça, pour leur talent et non pour leurs physiques enfin ils ne sont pas moches mais ce ne sont pas des mannequins non plus. De fait, je me suis retrouvé dans un « Incroyable Talent » russe (émission qui existe aussi à la télévision en Russie ). Dans le désordre, un danseur de hip hop, un pianiste, un magicien, un danseur de tango, un danseur avec des maracas (un petit comique !), un chanteur de Lady Gaga (ouep…), un danseur de claquettes, un humanbeatbox et un mime. Et tous, ou presque, sont très pros. Presque une demi heure de questions du public et après la délibération du jury, les prix. Des belles écharpes comme à Miss France sont prévues (il n’y a pas de diadèmes, dommage…). Il y a beaucoup de prix spéciaux : le plus drôle, le plus classe, le plus incroyable, le plus créatif puis les trois premières places. Troisième, le humanbeatbox, second, le pianiste et premier, le chanteur de Lady Gaga ; pour l’archétype du mâle russe viril on repassera.

Une très bonne fin d’après-midi de 18H à 21H avant d’aller faire la fête. Pour la petite histoire je n’ai su que hier qu’en fait c’était un concours qui existait depuis pas très longtemps, cinq ou six ans. Et ce n’est pas du tout quelque chose qui existe partout en Russie. C’est spécifique à l’université de Sochi pour marquer le début du Printemps (là encore on repassera, il pleut des cordes depuis début Mai). C’est un spectacle que les étudiants ont monté et ils ont choisi le nom. Le chat c’est parce que d’une part il y a cette histoire de fête des chats en mars, symbole du retour du printemps et parce que ça à l’air d’être le symbole de la beauté du moins de quelqu’un de mignon. Enfin le printemps c’est « la saison des amours », il faut se trouver un mec d’où le concours de beauté pour hommes.

Malheureusement j’ai oublié mon appareil photo mais voici le reportage des infos locales :

Comment faire un Reportage TV sur moi et Sochi ou le vendredi c’est Relations Publiques

1 avr

Tous les vendredis j’ai cours de Relations Publiques avec une prof qui est une professionnelle. Elle travaille pour la ville de Sochi, son image et surtout pour les Jeux Olympiques de 2014.
Elle nous a demandé de réaliser un reportage d’un journal télévisé fictif sur un sujet de notre choix. On a choisi comme thème, une Frenchie à Sochi, voilà ce que ça donne. On s’est bien amusé Alexia et moi à le faire en espérant que vos commentaires seront positifs !
Il sera normalement en ligne sur le site anglais de l’université de Sochi, СГУТиКД, je vais rajouter les sous-titres en anglais bientôt.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.